Moha en France: J+14

Arrivé le 1er septembre pour commencer les cours le 21, Moha-Albert avait 2 priorités: les démarches administratives et un logement moins éloigné de son université qu’un irréaliste point de chute chez une parente.

Pour rappel, Albert prépare un master 1 en Physique expérimentale à l’université de Cergy (35 km au nord-ouest de Paris).

Le programme a donc été chargé, avec de nombreux déplacements et dans des conditions rendues difficiles par le covid. Mais les résultats sont là:

  • domiciliation officielle chez une cousine dans Paris pour le courrier
  • chambre partagée à Sartrouville à moins d’une heure de transport de l’université
  • compte bancaire étudiant ouvert
  • inscription à l’université confirmée par le paiement des droits
  • inscription à l’assurance maladie

Des infos sont aussi réunies pour un logement social universitaire (CROUS) et les aides sociales ou bourses, même si ces points restent à concrétiser.

Pour compléter ce programme, beaucoup de contacts d’amis étudiants sénégalais ou visites familiales, une vidéoconférence avec le département de Physique et une journée d’accueil des étudiants étrangers dans les jardins du château de Versailles…

 



Moha en France: J+7 déjà

Les 2 dernières semaines ont été intenses.

Avec la situation covid19 en permanente évolution et les procédures administratives à faire avant le début des cours le 21 septembre, une course s’est engagée dès le visa délivré le 24 août pour être au plus tôt sur le sol français:

  • billet d’avion
  • adieux à la famille venue du Fouta pour l’occasion
  • test covid pour échapper à la quarantaine.

 

 

 

 

7 jours seulement après son visa, à 22h, Moha-Albert montait dans un Airbus Brussels Airlines à destination de Paris via Bruxelles.

Depuis, en 1 semaine, beaucoup d’eau a encore coulé sous les ponts de la Seine… A suivre.