Progrès, projets, difficultés et covid-19

Fin 2019, 3 axes ont été identifiés, discutés et initiés pour un nouveau départ avec le G7.

  • LYCÉEN.NE.S:
    • sensibilisation des scolarisés plus jeunes sur leurs responsabilités
    • implication des lycéen.ne.s et formation des plus dynamiques pour le suivi scolaire du partenariat
  • DIALOGUE-VILLAGE:
    • campagne d’extraits de naissance
    • dialogue avec le village en vue de comprendre et clarifier les attentes mutuelles
  • MINI-PROJET MARAICHER: terrain d’expérimentation et de préparation d’encadrement d’un éventuel projet plus large

2 mois plus tard, des pas importants ont été faits.
Préparation et anticipation restent problématiques et les difficultés de dialogue subsistent, mais un gros travail de sensibilisation à ces obstacles est en cours.

Aujourd’hui, la menace du Covid-19 s’impose à tous. Les écoles ont fermé et étudiants comme élèves ont rejoint le village.

 

Depuis le 24 mars, un couvre-feu est imposé jusque dans les villages.

 

 

 

Des sensibilisations ont été faites par les représentants de la Croix-Rouge Amadou Bocar et Ibrahima Sarr et les consignes sont prises au sérieux.

 

Le Covid-19 vient perturber nos activités. Dans l’attente prudente de l’évolution de la situation, les étudiants du G7 tentent de mettre à profit cette période de rassemblement de tous les scolarisés au village.

Reprise après la crise ? (3) Non: nouveau départ !

Barmathial ne parvient pas à se préoccuper de ses propres intérêts. Face aux problèmes, les fuites sont nombreuses et le lien familial sensé tout arranger ne fait que cacher l’incapacité à s’organiser ensemble.

Les émigrés tombent dans le piège de leur mise en concurrence par un village trop dépendant d’eux et où chacun agit en fonction de ses urgences, sans coordonner ses efforts avec les autres et sans tirer les leçons des erreurs passées.

Cause ou conséquence ? Le dialogue est difficile à tous niveaux et il n’y a pas de réflexion partagée; la désorganisation liée au manque de moyens en est aggravée.

Le village a toujours manqué de leadership et de personnes-ressources: le constat est à l’origine du projet d1pierre10coups.

Aujourd’hui, après les discussions des derniers mois et la prise de conscience qui en est sortie, le G7 (Adama, P4, Demba, Ifra, Abou, VP et Albert) est prêt à assumer ses responsabilités et servir le village.

Lire le reste de cet article « Reprise après la crise ? (3) Non: nouveau départ ! »

Reprise après la crise ? (2) C’est eux qui le disent !

Dorénavant, les principaux concernés communiqueront plus directement avec les personnes qui les soutiennent.

Les conditions d’enregistrement sont difficiles et de bonnes habitudes devront être prises. Pour ces premières vidéos, un meilleur montage avec sous-titres et explications sera effectué plus tard.

Extraits de réflexions sur les nouvelles prises de conscience (Ifra Sall, puis Adama Sarr)

Reprise après la crise ? (1) Prise de conscience

d1pierre10coups est né du constat fait en 2005 du manque de personnes-ressources et d’intermédiaires pour défendre les intérêts du village de Barmathial.

Le projet a accompagné les premiers scolarisés dans l’objectif de constituer une force pour le village: une élite jeune dotée d’expériences et d’assurance pour agir efficacement en faveur du village.

Malgré les échecs déjà exposés et les obstacles encore nombreux (voir série Partenariat et mail oct. 2019), un groupe a émergé depuis juillet 2017.

Volontaire et déterminé à progresser, le groupe est pourtant resté longtemps désemparé, n’arrivant que trop peu à acquérir les réflexes et à former une équipe autonome pour « prendre les choses en mains ».

Connais-toi toi-même

Après un exercice difficile d’introspection et d’acceptation des faiblesses, une réelle prise de conscience est apparue et un cap décisif a été franchi.

Les prochains messages reviendront sur les difficultés identifiées (dont l’absence d’implication des filles) et sur les pistes suivies pour les contourner.

Merci Marie-Claire !

Marie-Claire était à l’initiative de la création de l’école primaire de Barmathial en 1996.

Triste nouvelle : Marie-Claire nous a quitté ce mardi 13 août.

 

 

Voici 10 ans déjà, les premiers élèves sortis de l’école lui avaient témoigné leur gratitude en lui envoyant ce message:

Que la terre lui soit légère.

(Feel good #4) 20 ans !

En 1999, nous étions 3 amis, Malte (Genève), Paulo (Italie) et moi Pierre (Bruxelles), partis à la découverte du Sénégal dans un voyage en camionnette et moto.

Dans nos poches, un papier avec un nom, « Barmathial », celui du village d’un émigré sénégalais à Paris rencontré peu avant.

Sans autre indice, le papier devint un but de voyage…

 

C’est le 13 avril 1999 que nous sommes arrivés à destination et avons passé 1 jour et 1 nuit à Barmacce.


Le point de départ d’une longue et enrichissante aventure pour moi.