Partenariat (2): c’est qu’ils ont grandi, les petits…

Les plus impliqués dans le partenariat sont entrés à 12-13 ans au collège en 2005, 2006 ou 2007. Aujourd’hui, ils ont entre 22 et 27 ans.

 
(Les reconnaîtrez-vous 🙂 ?
Parmi ces élèves de 2005 et 2007, 4 sont aussi sur la photo de déc. 2018)

 

Ils entrent dans la vie adulte et la pression de leurs responsabilités familiales se fait de plus en plus forte.

Contrairement aux attentes, ces pionniers n’ont pas su préparer les plus jeunes à leur succéder. En cause le manque d’expérience, beaucoup d’inhibitions et une communication très cadenassée par l’éducation et un environnement global qui décourage le questionnement et l’initiative.

La relève n’est pas là. Alors, quelle suite pour le projet d1pierre10coups ?
2 priorités se dégagent:

  1. Pour rallier les esprits à la scolarisation, un étudiant au moins doit rapidement trouver un emploi valorisant et rémunérateur
  2. Pour garder ces jeunes dans le partenariat, il faut les former aux problématiques de développement

La partie n’est pas gagnée et doit mobiliser tous les efforts.

Partenariat (1): le temps des bilans

Après 15 ans d’accompagnement des premiers enfants scolarisés de Barmathial, il est temps de se remettre en question et d’ouvrir une réflexion sur les évolutions nécessaires du projet d1pierre10coups.

Les acquis sont indiscutables:

  • la scolarisation a trouvé sa place dans un village où elle était totalement absente
  • +- 30 BFEM, 1 électricien professionnel, 10 Bacheliers dont 3 en Master universitaire
  • un (petit) groupe de personnalités fortes s’est investi dans le partenariat; ceux-là ont acquis une réelle expérience d’organisation et une grande capacité de réflexion.

Evolution des objectifs:

2005: prouver qu’un enfant de ce petit village peut suivre un cycle scolaire complet.
Avec les études supérieures, objectif ATTEINT et même DEPASSE.

2010: au-delà du scolaire, d1pierre10coups se donne un objectif de responsabilisation des scolarisés.
Le système d’appui scolaire est aujourd’hui pris en charge par les élèves et étudiants: objectif ATTEINT.

2015: avec les bacheliers, le projet se concentre sur l’objectif final:
« Faire des premiers enfants scolarisés du village des intermédiaires de développement au service de leur communauté ».
Le projet important de la case santé a permis un premier grand pas en ce sens.

Pourtant, Lire le reste de cet article « Partenariat (1): le temps des bilans »

On n’apprend pas seulement à l’école !

Une formation « Gestion associative » pour l’AJEUB avait été animée l’an dernier par Djiby Sarr, formateur en développement local au CFPM (Centre de Formation Professionnelle de Matam).

Les échos étaient positifs et l’expérience a été renouvelée ce week-end.

La session a commencé par un rappel de l’an dernier.

A la demande des participants, l’accent a ensuite été mis sur la prise de parole en groupe et en public.

 


Mise à jour 15-9-2018:  rapport du déroulement de la formation (auteur: Alousseyni Sarr, président AJEUB)

Bilan collège & lycée 2017-18

  • Sur 65 inscrits, 55 élèves terminent l’année (10 abandons)
  • Pas de bachelier cette année, malheureusement
  • 5 filles ont réussi le diplôme d’études moyennes BFEM
  • 16 nouveaux collégiens entrés en 6e obtiennent des résultats prometteurs
  • Kadia finit première de sa classe de 4e
  • les lycéen(ne)s de 2de s’en tirent très bien avec 6 réussites, 1 échec et 1 abandon

 

Les primes de fin d’année (prévues pour décourager les abandons, récompenser les bons résultats et le diplôme BFEM pour les filles) ont été envoyées.

Le total des primes atteint le montant record de 1.200 €, à comparer aux 750 € de l’an dernier.

Malgré une année pertubée par de nombreuses grèves, le bilan scolaire s’améliore timidement après 3 années décevantes; l’année 2018-19 devra confirmer cette tendance positive.

(Distribution des primes – 13 août 2018)

Bravo Kadia !

L’année scolaire se termine, alors que 2 candidats au bac passent encore les épreuves de rattrapage oral (nos encouragements vont à eux).

Le bilan global s’annonce mitigé. Je le ferai quand tous les résultats seront connus et avec un peu de recul.

Mais quand l’opportunité se présente, il ne faut pas bouder son plaisir !

 

 

Après des moyennes de 15/20 en 6e et 5e, Kadia Amadou Sarr vient de réussir la 4e au collège en finissant 1ère de sa classe de 44 élèves avec une moyenne de 17/20 !