Comptes d1pierre10coups 2018-19

d1pierre10coups est en difficulté (lire les articles « Partenariat »): la scolarisation s’essouffle et ne produit pas (encore ?) les interlocuteurs suffisamment aguerris pour organiser le partenariat et assurer le suivi de nouveaux projets pour le village.

Comptes 2018-19

Les dépenses de cette année s’élèvent à 7.100 €, avec des aides scolaires (5.800 €) en baisse de 20% suite à la baisse du nombre d’élèves.

Les comptes montrent pour la première fois un déficit annuel de 1.500 €, encore limité grâce aux dons du mariage de Deby et Alex.

Budget 2019-20

Sans nouvelle dynamique, le financement restera limité et un budget minimaliste doit être considéré pour l’année à venir.

Le déficit 2018-19 et celui prévisible en 2019-20 seront épongés par une réserve constituée au fil des ans.

Ensuite, le partenariat ne survivra que si un groupe d’étudiants est capable de gérer et assurer le suivi de projets pour le village.

Seule cette re-dynamisation permettra de trouver les nouvelles recettes nécessaires.

Merci Marie-Claire !

Marie-Claire était à l’initiative de la création de l’école primaire de Barmathial en 1996.

Triste nouvelle : Marie-Claire nous a quitté ce mardi 13 août.

 

 

Voici 10 ans déjà, les premiers élèves sortis de l’école lui avaient témoigné leur gratitude en lui envoyant ce message:

Que la terre lui soit légère.

Malem-Auder: les savons de Boulel

Après 2 visites à Malem-Hodar en novembre 2015 et juillet 2017 en compagnie de Moha-Albert, c’est cette fois avec Demba et Alousseyni que nous avons en décembre passé quelques jours à Hodar.

Objectif: découvrir d’autres projets de développement, ici ceux de

Nous avions visité le village de Boulel où Malem-Auder mène un projet agro-écologique intégré. Des représentantes des femmes pour ce projet nous ont présenté leur production artisanale d’huile d’arachide (ressource principale de la région).

L’huile est utilisée pour la fabrication de savon (vidéo d’avril 2019):

Salutations et félicitations aux membres sénégalais et belges de Malem-Auder a.s.b.l.

(Feel good #4) 20 ans !

En 1999, nous étions 3 amis, Malte (Genève), Paulo (Italie) et moi Pierre (Bruxelles), partis à la découverte du Sénégal dans un voyage en camionnette et moto.

Dans nos poches, un papier avec un nom, « Barmathial », celui du village d’un émigré sénégalais à Paris rencontré peu avant.

Sans autre indice, le papier devint un but de voyage…

 

C’est le 13 avril 1999 que nous sommes arrivés à destination et avons passé 1 jour et 1 nuit à Barmacce.


Le point de départ d’une longue et enrichissante aventure pour moi.

(Feel good #3) Abou S(ol)arr

A Barmathial, on parle plus que jamais formations et compétences et -surtout- on cherche à trouver des candidats (enfin) motivés.

Pendant ce temps, Abou (3e président de l’AJEUB) poursuit à Waounde une formation en électricité solaire.

(vidéo mal orientée par certains navigateurs, cliquez ICI pour la visualiser correctement)

Sorties pédagogiques et développement

A Barmathial, les problèmes qui freinent le partenariat sont discutés au sein du village.

Pour préparer l’avenir, le dernier séjour (sans Fouta) a été consacré à renforcer les capacités de leadership des étudiants volontaires.

Réunions, rencontres et visites diverses avec quelques-uns ont été au programme. Expériences, discussions et mises en situation pour réfléchir au développement, au partenariat et aux parcours scolaires à prolonger dans la vie active.

Des rencontres qui pourraient donner leurs fruits bientôt.
Merci pour leur disponibilité à

Serge et Gégé d’ATS-Belgique, Abdou Diouf et Adiouma Ndiongue d’Eau-Vie-Environnement Sénégal, Ken et la maisonnée Diallo à Hodar, Pape Alioune Sarr à Rufisque, Ramatoulaye Ndao, Pape Diop, Abdoulaye Diallo et André Petihan de Malem-Auder, Djiby Sarr notre conseiller du CFP de Matam, Pape Diawara et Michel Grégoire d’EBS, Georges Farage du Rotary Almadies de Dakar, toute la famille Turpin et le groupe Nabini de l’ami Charles Ndecky !

Partenariat (7): alors, on fait quoi ?

d1pierre10coups a depuis janvier pris une nouvelle embarcation. Plus petite, elle n’aura plus à bord que des passagers à destination d’un développement durable !

Le partenariat repose désormais sur un groupe très fiable, mais trop réduit hélas.

Pour un nouveau départ, il faudra dans les mois à venir relever les défis suivants:

  1. parfaire le système de soutien scolaire
  2. renforcer la formation au développement des étudiants actifs
  3. accompagner les fins de scolarité vers un emploi rémunérateur

Ensuite, il faudra initier un large dialogue avec le village pour identifier avec lui les projets qui amèneront des progrès durables. Ce dialogue devra aussi mieux impliquer les villageois pour s’assurer des appuis nécessaires à la réussite des projets.